Le Safari, c’est comme « Où est Charlie » sauf qu’il n’a plus son bonnet rouge et que tout est kaki.
Le safari c’est comme une balade en forêt, avec pour seul mot d’ordre NE pas sortir de votre véhicule. La chasse commence au petit bonheur la chance, avec pour seule arme, un objectif 200mm, un panier pique-nique et toujours cette bombe lacrymogène en forme de rouge à lèvre pour tromper l’ennemi.

On zieute, on scrute, on imagine des animaux avec la forme des arbres ou les bois morts. Soudain une queue, une jambe, un zèbre. Puis comme une fourmilière, lorsque l’on en repère un, on en voit des dizaines. Le zèbre est toujours accompagné de son ami le gnou, du coup d’un gnou deux coups. La pintade de Numidie tapine jusqu’à midi, la girafe bâfre, le buffle est mufle et les fouines fouinent. Les babouins font les malins, le vautour sèche ses plumes de velours, les éléphants font du rentre-dedans, les hippos sortent de l’eau et des impalas en veux tu en voilà.

On roule des heures, de 5h30 à 18h heures légales. Le visage collé à la vitre, torticolis en fin de journée, on rentre torchon chiffon carpette, à 21h00 on dort déjà. Puis quand on y croit plus on y croit encore, alors on reprend la route. La chaleur plombe, la vue se trouble, les mirages se multiplient. Et soudain sur la piste S100, barrant notre route, 3 lionnes la gueule ouverte, fixant au loin. Scène de chasse ? On s’avance dans leur indifférence la plus totale et on se poste à 2 mètres. Nous aussi on a la gueule ouverte, de stu(peur). On suit leur regard et l’on aperçoit, descendant à une allure nonchalante, le Roi. Les lionnes attendent l’autorisation de se partager les restes d’un zèbre malchanceux. Les gros chatons rodent autour du véhicule, je tourne la tête pour ne pas croiser leur regard et finir en dessert. Puis en remerciement du repas, nous assistons à une scène de coït partiellement censurée par la hauteur de la savane. Au final 4 lionnes et 3 lions nous ont offert le plus beau documentaire France 5 qu’on aie jamais vu.

Troisième jour, 17 heures, Mat et Cha sont toujours bredouilles, ou plutôt brocouilles comme on dit dans l’bush. Ils décident d’organiser un lâcher de rhinocéros cendrés. Mais sans Rangers c’est impossible. Nous avons déjà vu les Big 3 (Lion, Buffle, Éléphant), il nous en manquait 2 à notre tableau de chasse (Rhino et Léopard). Et à 10km de la sortie, une tache, une corne, deux cornes, un Rhino ! Magnifique bête de 1 000 kilos, marchant à nos côtés, couvert d’aigrettes qui à la fois leur tiennent compagnie et leur mangent les parasites mais leur chient dessus..
On est toujours le con de quelqu’un !

5h45 : levé de soleil au coeur de la savane du Park Kruger, un soleil africain, sans filtre couleur.

L’après coït et repas zébré.

Des oiseaux dans la tête à 4 mètres de haut.

Se montrer sous son meilleur profil.

Ranger ses enfants à l’abri.

Aigrettes et rhino au sortir de l’eau.

Le grand Koudou.

Hippo sortant enfin de l’eau après 20mn d’attente…

L’arc-en-ciel Rollier à longs brins.

Vautour séchant ses ailes au vent après la pluie.

clichés