Vous vous demandez pourquoi la rédaction n’a rien publié depuis 2 semaines ?

Et bien c’est l’histoire d’un mec… Un mosquitos nommé Carlos, un grand gaillard, les pattes à la traîne, le corps jaune et noir, la peau sur les os. Carlos, il bosse le jour, il se glisse entre les Havaianas et diffuse la fièvre du dimanche soir avec juste ce qu’il faut d’une micro goutte de sang.
Bien qu’opérant sur le même territoire, il n’a rien à voir avec la bande des potes à Oscar, des loubards en tenues noires, difficiles à voir, qui trainent leurs dards le soir comme des zonards. A chacun sa came : Carlos fait dans la Dengue, Oscar, le palu. Quand vous croisez leurs regards il est déjà trop tard.

J’ai prise de sang tout les matins, ça tombe bien j’adore ça. Dr Paul il a dit de dormir beaucoup. « Have a rest » me répète t’il, il n’y a rien à faire. « Drink water, cross figer and pray ». J’ai pas prié mais c’est passé. Heureusement je peux compter sur Dolkar Khangkar de la médecine parallèle tibétaine pour me concocter des jus de chaussettes de feuilles de papaye qui font remonter mes plaquettes. c’est le coeur du sujet, « si plaquettes basses t’es dans la mélasse ». J’ai juste assez de force pour attraper un kitkat du bout des doigts. On est nombreux à contracter le virus ici en ce moment, alors on se dit que plus on est de dingues plus on rit. Pour vous expliquer, c’est comme 1 semaine de ski intense pour un débutant non échauffé, manger trop de fondue et boire de l’eau fraîche par dessus, se mettre dans un sauna en combinaison puis se rouler nu dans la neige, avoir fait 257 000 clics de souris dans la journée entraînant une arthrose précoce. Après une semaine à dormir jour et nuit nous avons terminé notre projet à l’association Project Why et pris la route pour le Rajasthan. Une belle route poussiéreuse jalonnée d’étapes surprenantes…