Partis un samedi, nous sommes arrivés lundi à Tokyo. 21h de vol c’est 2 jet-lags sous les paupières, des croquettes de bretzel en veux-tu en voilà, du vin à volonté, des hôtesses qui ont des heures de vol au compteur et les heures qui n’en finissent pas de ralentir le temps… J’ai écouté mon album à l’endroit et à l’envers, je pourrais réécrire les partitions en verlan.

Nous posons les roues sur l’asphalte, signe que je peux enfin me démouler de mon siège. Nous voilà à la moitié de la terre, enfin… nous sommes passés de l’autre côté de la carte géographique accrochée depuis des années dans la classe de 3ème.

Arrivés en plein Tokyo, les piétons, en file, défilent. Les buildings se dressent par centaines. On ne fume pas dans la rue, mais dans les cafés, on roule à l’envers et on ne bouge pas quand c’est rouge. Ils sont 38 millions mais tout est zen, calé, il n’y a pas une nouille qui dépasse. C’est d’une propreté ! A manger sur la cuvette des toilettes du métro. 

Le soir nous traînons la patte au quartier d’Akihabara. Il est écrit, sur des kakémonos de lumière,  » double bâton, croix dessus croix dessous et petit rond à côté ». Nous sommes au Japon. Dans ce quartier électrique toute notre enfance des années 80 resurgit au travers de Sailor Moon, Sangoku, Goldorak et Bioman. Nous nous précipitons dans les photomatons adulés par les jeunes filles. On se fait tirer le portrait, puis déformer en poupées aux grands yeux, enfin on y ajoute des inscriptions du type petits coeurs  et « best friends ». Le monde parallèle de Candy est partout pour petits et grands.

Le marché Tsukiji est un grand bazar bien ordonné. Les poissons sont rangés en quinconce dans de petits sachets individuels, les thons de quelque 50 kilos se laissent découper en tranches bien rouges.

Le soir, conduits par un taxi aux gants blancs et tapissé de napperons, nous dînons dans un tempura aux côtés d’une geisha qui fait la conversation aux messieurs.

Nous quittons le Japon avec l’idée d’y revenir plus longuement…
« Aligato zaïmaaaas ». 

Les quartiers à ne pas manquer :

Asakusa : temple Senso-ji et la ruelle des souvenirs
Akihabara : quartier électronique et manga dès 19h
Ueno : parc, zoo et musée national (les arts japonais) et les rues piétonnes bondées de shop
Roppongi hill : la tour Mori pour une vue à 360° au 53 étage et son musée contemporain
Shibuya : quartier de lumière, shopping et love hotel
Tsukiji : le marché au poisson le matin vers 6h
Ginza : shopping de luxe, galeristes, théâtre de kabuki, cérémonie du thé et palais impérial pas très loin





clichés